jeudi 3 novembre 2016

Des éclairs au Monte Igueldo



Les vacances sont terminées, on est passé à l'heure d'hiver, et le brouillard de ce matin nous a bien rappelé que l'été indien était bien fini!
Pourtant, qu'est-ce qu'elles ont été belles et douces et ensoleillées ces vacances. On est restés chez nous. J'ai pas mal bossé, un peu cousu également et surtout on en a profité pour faire des balades dans la région. Les enfants ont découvert avec une joie tellement fraiche et communicative la montagne (les pottocks, les vautours, le soleil...). Nous les avons également conduits, le premier novembre, une journée à San Sebastian au Monte Igueldo, un parc d'attraction hors du temps (avec des attractions, un peu trop chères, qui ont cent ans et n'ont pas l'air d'avoir été révisées depuis!).

source: donostia.eus
 Quand tu vois les manèges, tu flippes un peu...

source: youtube 










































































































 J'avais fantasmé avec l'idée de pouvoir faire une session photo idéale pour vous montrer ma chemise Melilot de chez Deer and Doe. Le lieu était parfait. Le temps également.

C'était sans compter sur les deux boulets qui refusent de laisser maman tranquille deux secondes!! Mais comment font les blogueuses maman pour avoir des photos top dans des beaux lieux?? Je pense qu'elles ont une bonne qui s'occupe des petits et les empêche de venir coller leur pauvre mère. C'est la seule explication.

Du coup, je vous montre le peu de photos obtenues.


 


Pour aller vite (car j'ai quatre t-shirt d'enfants à coudre ce soir, moi madame!), ce que je retiens c'est que c'est un patron très chouette, pour lequel il faut toutefois veiller à choisir un tissu fluide afin de ne pas être gêné par les emmanchures basses.
J'ai cousu la version à manches longues et à patte de boutonnage cachée (une première pour moi) en taille 36 élargie en 38 à la taille.

Pour cette chemise, j'ai utilisé un tissu acheté sous la pluie au marché St Michel avec mes copines du café couture bordelais au tout début des vacances. Il s'agit d'un beau crêpe de polyester (je pense) à motifs de petites flèches (des éclairs selon mon fils!). Il est beau mais il m'a bien fait suer. Comment dire... il cumulait tous les inconvénients qu'un tissu peut avoir: il était mou, se déformait tout le temps, ne marquait pas au fer.

Une horreur.

De plus, mon cerveau devait être trop occupé à pester (et je suis polie) (vraiment) contre ce ****** de tissu car j'ai cumulé les bêtises. Je me suis trompée de sens à la coupe: du coup la patte de boutonnage est inversée. J'ai cousu mon pied de col (en suivant ma méthode favorite) en oubliant d'insérer mon col et je m'en suis rendu compte, bien entendu, APRES avoir dégarni mes marges!!!

 

Bref, tout cela pour dire qu'en raison du tissu fuyant (le salaud), ma patte de boutonnage est tordue, mon ourlet n'est pas droit (DU TOUT) (genre y'a deux centimètres de décalage entre les deux devants) (la honte), ma poche est de travers. Et en raison de mon cerveau défaillant mon col n'est pas symétrique et ma patte de boutonnage se trouve du mauvais côté.
Mais ce qui est cool, c'est que portée, finalement, on oublie l'accumulation de défauts pour ne voir qu'une jolie chemise dans un tissu cool. Depuis que je l'ai cousue, j'ai reçu tout plein de compliments et je me sens bien dedans. Comme quoi... parfois, le mieux est l'ennemi du bien. J'ai bien fait de ne pas lâcher l'affaire.






Aucun souci pour coudre les fentes de manches. Les explications sont très bonnes. Mon tissu tout fuyant m'a un peu fait suer. Encore.


J'ai entoilé les deux parties du poignet. Heureusement. J'ai fait pareil pour le col et le pied de col.

Pour avoir cousu pas mal de chemises déjà, le seul reproche que je ferais à ce patron c'est l'absence d'empiècement au dos. J'aime mieux les chemises avec un pli (ou des fronces) au dos. Je trouve ça plus chic. Va savoir pourquoi.


 J'ai choisi de coudre des boutons bleus qui rappellent les petits carrés du tissu!

 


Sur ce, je file me rhabiller, non sans vous demander vos petits trucs pour coudre des tissus fluides, mous et fuyants! J'ai testé le fabulon une fois et ça avait totalement déformé les fibres et m'avait rendue folle. Peut-être m'y suis-je mal prise... J'ai quelques coupons (oui quelques, je suis folle) de soie et j'aurais bien besoin de conseils avisés!!







jeudi 13 octobre 2016

chi-town chinos love

 

Bonsoir!
Voici venu le temps des photos d'intérieur, des clichés volés à mon homme récalcitrant, des éclairages artificiels. Bref. Le temps des photos de temps de pluie. Beurk.
Mais bon... Tout de même, aujourd'hui, je vous présente mon SUPER PANTALON!!! Après le futal-qui-fait-des-fesses-de-pépé , le jean pailleté, voici le chino!
Bon, cette forme de pantalon, je n'étais pas sûre d'aimer mais finalement, franchement, j'adore! Il s'agit du patron de chi-town chino d'Alina design and co qui est, à la base un très chouette patron de short et de jupe. J'avais hésité à l'acquérir mais je trouvais inutile de payer (quand même pas mal) pour un short. Et puis, à la rentrée, la créatrice a proposé deux extension (payantes aussi) permettant de coudre un bermuda ajusté (beurk) ou un pantalon. Et là, mon coeur a bondi! Il faut dire que les nombreuses versions du pantalon port de Pauline Alice m'avaient bien préparée. Mais sur de nombreuses versions de ce chino, je trouvais que des plis suspects apparaissaient. C'est ce qui a fait basculer mon choix vers le patron anglophone (avec en plus ses versions à elle!!). Alors, certes, son coût est important mais, en partie du moins, justifié par le grand travail fourni: de nombreuses possibilités de poches sont proposées, le sew along est très détaillé et les finitions sont TOP!  J'ai suivi le sew along tout le long et tout s'est parfaitement déroulé. J'ai particulièrement apprécié coudre des poches passepoilées en coutures anglaises. Classe.
J'ai apprécié également l'utilisation des caches sur le pdf ce qui permet de n'imprimer que les tailles qui nous intéressent. Pour l'instant, je n'avais vu cela que chez Biquette
Par contre attention: si à la taille je corresponds à une taille 6 alors que je fais une taille 2 au niveau des hanches, j'ai choisi, pour une fois, sur les conseils avisés de Marion (merci!!!) de tout couper dans la plus petite taille et... J AI EU RAISON!!! J'ai même eu à reprendre le milieu dos auquel j'ai enlevé deux centimètres! Je pense qu'on peut donc dire qu'il taille grand!






J'ai gansé de biais le bord de la sous patte de braguette ainsi que le bas de la ceinture (qui est composée d'une seule pièce qu'on replie en deux, ce que j'ai trouvé très ingénieux!).







J'ai cousu ce pantalon dans une gabardine fine de chez Bennytex (la même que pour mon blazer, mon short Scarlett et un bermuda pour Monsieur). Elle est de belle qualité. J'en ai recommandé (alors que j'avais dit que je n'achèterais plus chez eux!).










J'en profite pour demander une nouvelle fois aux heureuses propriétaires de Bernina comment elles font pour réussir leurs boutonnières sur des tissus avec des variations de niveau. Pour les boutonnières des poches passepoilées ça a été une horreur!! Pourtant, j'ai bien l'accessoire qui permet d'équilibrer le tout mais il doit me manquer la technique car, là, impossible de casser le tissu en entier entre les deux plaques et, du coup, ça a bloqué. J'ai dû finir avec un point zig zag. Le comble quand on connait le prix de ces machines. Je me demande si je ne vais pas demander conseils à Stecker... Des idées?



Et, en version de tous les jours, avec mon manteau Marumi et un top memade avec ma tronche en bonus!

 

mardi 11 octobre 2016

couture estivale...

Il fait froiiiiiid! Punaise, c'est horrible, on est en octobre et on a allumé le chauffage! Du coup, pour mon petit retour sur le blog, j'ai bien envie de défier la logique et de ne pas vous montrer mon nouveau pantalon d'amour (le chi-town chino de Alina Design and co) ni la chemise fairfield cousue cet été pour mon homme ni même ma combi Josie dont je suis si fière et qui m'a définitivement permis de me rendre compte que je peux porter autre chose que les jean baskets au boulot sans être ridicule (au contraire). Trève de prétérition, voici donc, aujourd'hui, en cette ère glacière, sous vos yeux ébahis... UNE ROBE D'ETE!!!! (attention les yeux, il va y avoir des photos ensoleillées!!)
Il s'agit de la robe Lily de Colette Patterns, robe relativement peu vue sur la blogosphère mais qui me plaisait depuis longtemps. J'aime ses découpes princesses, sa coupe droite qui me va cent fois mieux que la forme dite "fit and flare", ses larges bretelles (tout à fait soutien gorge compatible) et ses jolies poches en biais.
Elle a été cousue dans un joli wax déniché il y a bientôt trois ans à Toto à Mulhouse (il parait qu'il a fermé depuis?). Les raccords sur le buste sont le fruit du hasard qui, parfois, fait bien les choses, il semblerait.
Coudre du wax c'est le bonheur! C'était une première et j'adorerais remettre cela! Le patron est bien fait. Tout s’emboîte parfaitement, j'hésite juste à raccourcir un peu les bretelles qui ont parfois tendance à tomber.
J'ai cousu cette robe début juillet et je l'ai portée non stop (c'est l'avantage des articles en retard... je peux garantir que cette robe n'a pas disparu dans mon placard à peine cousue!)













Et, avec les chutes, j'ai cousu ça pour les maîtresses (patron merci giroflée): 


Depuis, ma fille me rapporte régulièrement qu'elle voit sa maîtresse de grande section sortir son téléphone de sa pochette. Trop bien! 
Sinon, en ce moment, c'est le me made month, vous en êtes?


jeudi 11 août 2016

De longue haleine


L'année dernière, je ne sais plus trop comment, j'ai commencé à suivre certains blogs américains consacrés au quilt. Mais pas le quilt vieillot et mamie, non (même si certains persistent à trouver kitsch). Puis, grâce aux conseils de Sylvie, je me suis lancée dans un quilt pour mon fils voir . J'ai adoré toutes les étapes de ce travail (sauf peut-être la dernière: fixer la bordure à la main...)
Dans mes visites de blogs, je suis tombée sur un vilain piège: la collection Arizona de Art Gallery Fabrics une merveille qu'il m'a fallu acquérir au plus vite (moi qui résiste normalement assez bien (notez le "assez") devant la tentation, cette fois, j'ai été faible.).
Donc, j'ai investi, on va dire.
Et puis, j'ai commencé à parcourir le web pour trouver des idées de patron. Mes livres aussi (car j'ai DES livres de patchwork. Je suis folle. Je sais). Beaucoup me plaisaient mais j'aimais tellement mes tissus qu'aucun ne me semblait digne. Je ne voulais pas d'un modèle ne permettant pas d'utiliser le tissu à fond. C'est pourquoi ce modèle et ce modèle ont été oubliés.
Et puis, je suis tombée sur le blog d'Alice et son merveilleux quilt. Du coup, j'ai encore craqué, j'ai acheté le livre comprenant le patron de son quilt, et j'ai copié!!! 

En revanche, je m'en veux, je n'ai pas bien documenté le processus. Ce que je peux dire c'est que j'ai pris énormément de temps entre chaque étape. Il m'aura fallu des mois avant d'oser couper mes tissus. 


Alice montre comment on numérote les paquets dans cet article. En résumé: le quilt est composé de quatre rangées de cinq blocs rectangulaires. Chacun des blocs étant lui même composé de rectangles de différentes tailles. L'organisation des rectangles peut sembler aléatoire mais elle ne l'est absolument pas. J'ai essayé de bien organiser mes blocs même si j'avoue y être allée au feeling. Pour le coup, je n'ai pas passé beaucoup de temps à y penser. Je sais, c'est mal... Je regrette également d'avoir coupé mon tissu sans réfléchir, du moins au début, au placement des motifs (je voulais économiser au maximum mon tissu!! Quelle idiote) ce qui fait que certains rectangles pourraient être mieux coupés.

 

Pour éviter d'avoir à gérer de trop grande quantités de tissu sous mon pied de biche, j'ai plus ou moins suivi ce tuto afin de quilter morceau par morceau (quilt as you go, QAYG). En gros on assemble des morceaux de quilt (ici des rectangles) que l'on quilte ensuite avant d'assembler les rectangles déjà quiltés entre eux (seul moment où l'on se retrouve avec un grand morceau de tissu!).


Le travail a donc été relativement facile. Du coup, sachant aussi que je n'aurai pas l'occasion de m'y remettre de sitôt, je me suis un peu lâchée au niveau du quilting. J'ai cousu des lignes brisées, des courbes, j'ai tenté les prénoms de la famille, des arabesques... C'est plus que loin de parfait mais j'aime bien!






Pour le dos du quilt, j'ai utilisé du coton bleu marine acheté pas cher avec mes copines en Alsace (j'en encore de quoi coudre une chemise d'homme).

 
Pour le biais j'ai utilisé des chutes que j'ai cousues ensemble de façon totalement aléatoire, en gros, le biais est lui-même un patchwork. Appréciez la mise en abyme.





Bon, je vous préviens, voici une avalanche de photos, je n'ai pas bien su trier!



















Ah oui, hérésie: j'ai fixé le biais (qui est coupé dans le droit fil ceci dit, on devrait donc l'appeler la bande) à la machine en suivant ce tuto. Je couds tellement mal à la main, là je suis sûre que ça ne bougera pas!






Sur ce, je vous souhaite une belle fin de semaine! je suis très contente d'être revenue par ici et j'espère ne pas tarder trop avant la prochaine (j'ai tellement de choses nouvelles à vous montrer!). Mais pour l'heure, l'atelier redevient une fois de plus cet été, chambre d'amis et je n'aurai donc pas l'occasion de me m'y mettre! A très vite et bonne couture/bonnes vacances/bon cequevousvoulez!